Le diabète résumé en trois schémas

AccueilPrédiabèteLe diabète résumé en trois schémas

Pour mieux comprendre le mécanisme du diabète, observons ces trois schémas. Dans le premier, on suit le processus d’assimilation du glucose dans l’organisme chez une personne saine. Le second montre une situation dans laquelle des troubles se remarquent chez quelqu’un de prédiabétique. Enfin, le dernier explique les complications que subissent les patients atteints de diabète de type 2.

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ? Sujet sain

Le statut « sain »

Lorsqu’une personne en bonne santé se nourrit d’une alimentation équilibrée, les sucres complexes se fragmentent pendant la phase de digestion. Ensuite, les enzymes de l’intestin les transforment en glucose. Enfin, les cellules du pancréas produisent une hormone, l’insuline. Celle-ci régule le taux de glucose dans le sang, que l’on appelle également la glycémie.

Le glucose joue un rôle essentiel pour le corps : c’est lui qui sert de « carburant »à toutes les cellules de nos organes. Par ailleurs, le glucose se convertit aussi en glycogène et s’accumule sous cette forme dans le foie et dans les muscles. Ce fonctionnement agit ainsi pour constituer une réserve d’énergie qui pourra se redistribuer aux cellules. En toute logique, le taux de glycémie s’abaisse une fois l’assimilation achevée.

« 2/3 des diabétiques vivent en zone urbaine »
– www.idf.org : Diabetes facts & figures

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ? Sujet prédiabétique

Le statut « prédiabète »

Encore mal connu, le prédiabète ne désigne pas une maladie, mais relève d’un état de déséquilibre de la glycémie dans l’organisme. Pour le moment, le diagnostic du prédiabète reste rare, par manque de symptômes apparents. Le glucose, en augmentation dans l’organisme, amène à une situation d’hyperglycémie. Pour tenter de contrôler le glucose, le corps demande l’élévation de la production d’insuline. Dans ce cas, les cellules du pancréas travaillent plus, au risque de saturer. Autre phénomène qui découle de ces troubles, les cellules et les tissus affichent peu à peu une résistance à l’insuline.

Au bout de quelques années, le patient commence à ressentir les effets du diabète de type 2. Sa glycémie devient de plus en plus instable. Une prise de conscience lors de la phase de prédiabète permet d’atténuer, voire d’éviter un futur diabète. Voilà pourquoi l’élimination des facteurs de risques s’avère si importante. Le traitement de l’obésité ou du surpoids, le retour à une alimentation saine, la pratique d’une activité physique suffisent, en général, à inverser la tendance. Si des symptômes ou des débuts de complications apparaissent, la consultation d’un médecin s’avère impérative.

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?

Le statut « diabète »

Un diabète de type 2 se mesure lorsque le taux de glycémie à jeun devient supérieur ou égal à 1,26 g par litre de sang. Cela se traduit par une hyperglycémie quotidienne dans le corps. Le pancréas réagit en sécrétant un niveau d’insuline plus important, afin d’assimiler convenablement le glucose dans le sang. Finalement, l’organisme entre dans une phase d’hyperinsulinisme : l’insuline devient trop présente. Cela entraîne deux conséquences.

  1. Le pancréas s’épuise en fabrication d’insuline, ce qui signifie que l’organe parvient de moins en moins à produire l’hormone. Parfois, le pancréas n’arrive tout simplement plus à en sécréter.
  2. Si elle circule en trop grande quantité dans le sang, l’insuline finit par se révéler impuissante. Les tissus, les muscles et le foie opposent en effet une résistance à l’hormone.

Cela laisse le champ libre au glucose, qui colonise tout l’organisme. L’hyperglycémie installe alors le diabète de type 2 de manière irréversible. Les patients atteints de diabète de type 2 connaissent des complications toute leur vie. Un suivi médical en continu et la prise d’un traitement à base de médicaments sont obligatoires.

Coordonnées

51 Avenue F. Lobbedez
CS 60946
62033 Arras Cedex
France
Tel : +33 (0)3 21 23 80 00
Fax : +33 (0)3 21 23 80 01

Retour haut de page